L’Aubergine

Histoire :
Fruit d’une plante originaire de l’ Inde, l’aubergine est une baie consommée comme légume, connue en Asie depuis plus de 2500 ans. Elle était cultivée en Chine à cette époque ; Les Arabes et les Perses l’auraient rapportée en Afrique avant le Moyen-Age.
Au XIVe siècle, elle fut introduite en Italie par l’Afrique. Les Européens apprécièrent d’abord pour ses qualités ornementales, car les premières variétés «étaient très amères, et ils croyaient qu’elle provoquait la folie.
La culture et les croisements de l’aubergine permirent d’en améliorer la saveur. Aujourd’hui, l’aubergine est cultivée principalement en Chine, en Turquie, au Japon, en Egypte et en Italie.
Il existe plusieurs variétés d’aubergines. La plupart préfèrent les climats chauds, mais certains se sont adaptés aux climats tempérés. La variété la plus connue, tant en Amérique du Nord qu’en Europe, est l’aubergine pourpre foncé de forme allongée et ressemblant à une grosse poire. Elle croît sur une plante qui peut atteindre 1 mètre et qui produit de magnifiques fleurs bleu-violet.
Plusieurs autres variétés sont maintenant disponibles ; elles sont souvent regroupées sous la catégorie d’aubergines orientales ; ces aubergines peuvent être aussi petites qu’un œuf, être longues et effilées ou même avoir l’aspect d’une grappe de raisins.
La peau luisante, lisse et mince est pourpre foncée, lavande, crème, blanche, vert et orange ; cette peau est comestible tout en ayant un goût amer dans certaines variétés.
La chair d’un blanc jaunâtre est spongieuse et contient de petites graines brunâtres, comestibles. Une aubergine qui est jeune ou petite contiendra moins de graines et aura une peau plus tendre et moins amère.

Utilisation :
Rechercher une aubergine ferme et lourde, la peau lisse et de couleur uniforme.
L’aubergine est délicieuse chaude ou froide : farcie, en purée, en brochette, grillée……
Elle se consomme toujours cuite sauf certaines variétés orientales qui se mangent crues, en salade.
La chair de l’aubergine noircit rapidement lorsqu’elle est coupée, aussi est-il préférable de l’apprêter sans délai.

Aubergine allongée                      blanche               thaïlandaise               ronde

 

Conservation :
Pour vérifier si l’aubergine est mûre exercer une légère pression sur les côtés avec les doigts : si l’empreinte demeure visible, l’aubergine est à point.
Elle doit être manipulée avec soin, car elle se meurtrit facilement.
Elle se conserve au frigo environ une semaine dans un sac plastique perforé.

Valeur nutritive :
L’aubergine est une bonne source de potassium et elle contient de l’acide folique, du cuivre, de la vitamine B6 et du magnésium.
Elle est diurétique et laxative grâce à ses fibres.
Elle est aussi peu calorique.

 

Découvrez aussi : Les Algues

Le Chou frisé

Histoire :
Plante potagère dont les premières cultures auraient eu lieu dans les régions méditerranéennes.
On l’appelait alors « chou » bien avant que la variété pommée n’existe. Le chou frisé ou kale était une culture importante du temps des Romains, il y a 2500 ans avant d’être oublié.
Il devient un aliment de base chez les paysans au Moyen-Age et fut apporté aux Etats-Unis par les Anglais au XVIIe siècle.
Le chou frisé est l’un des plus résistants de la famille des choux ; il peut supporter des températures aussi basses que -15°C mais il ne supporte pas des températures élevées. Parce qu’il résiste au froid et qu’il pousse facilement, le chou frisé fut longtemps un légume d’hiver fort prisé, particulièrement en Ecosse, en Allemagne, en Hollande et en Scandinavie.
Aujourd’hui, on le consomme un peu partout dans le monde.
Le chou frisé a de grandes feuilles fibreuses, très frisées, de saveur prononcée. Leur couleur varie du vert pâme au vert foncé, parfois même au vert bleuté. Ces feuilles ne sont pas pommées, caractéristique exprimée par le mot latin qu décrit cette variété de chou acephala et sui signifie « sans tête ». Ces feuilles surmontent de fines tiges blanchâtres très fibreuse, pouvant mesurer de 30 à 40 cm.
Le chou frisé est tellement décoratif qu’on en a développé des variétés ornementales.

Utilisation :
Soupe et ragoûts, gratiné ou en purée telle quelle ou ajouté à des pommes de terre.
Cru en petite quantité dans la salade.

Conservation :
Placer le chou frisé bien serrés plutôt qu’écartées au réfrigérateur sans le laver, dans un sac de plastic perforé.
Il peut se conserver ainsi de 5 à 10 jours, mais il est moins amer lorsqu’il est consommé rapidement.

Valeur nutritive :
Excellente source de vitamine C et A, de potassium.
Bonne source de vitamine B6, de cuivre, d’acide folique, calcium, fer, thiamine, zinc…..

 

Découvrez aussi : Les Epinards

La Courge – La Courgette

Histoire :
Fruit d’une plante potagère annuelle apparentée au melon et au concombre, qui croît d’une façon identique, et dont il existe une très grande variété.

Les ancêtres des courges, les courges sauvages, semblent être originaires d’Amérique centrale, entre le Mexique et le Guatemala ; leur culture s’est répandue jusqu’en Amérique du Nord et du Sud.
Les courges sont consommées depuis 10 000 ans ; les Indiens cultivaient la courge pour ses graines, car elle contenait alors très peu de chair. A travers les siècles, des variétés ayant plus de chair et une saveur plus fruité ont été développées, et elles étaient cultivées avec le maïs et les fèves par les Aztèques, les Incas et les Mayas, peuples de l’Amérique latine. Christophe Colomb fut le premier occidental à connaître ces fruits. Peu après la découverte de l’Amérique, la culture des courges et des citrouilles a été introduite en Europe.
Certaines courges comme la Mammouth peut peser plus de 65 kg.
Les courges et les courgettes sont des fruits car ils poussent à partir d’une fleur !

Courgette
Courge moelle

 

Courge à cou tors

 

 

La plupart des courges sont regroupées en deux grandes catégories : les courges d’été et les courges d’hiver. Cette classification repose sur la durée de conservation des courges ; les courges d’été se conservent peu de temps alors que les courges d’hiver se conservent une bonne partie de l’hiver,
Aujourd’hui, les courges et les citrouilles sont cultivées principalement en Chine, Roumanie, Egypte, argentine, Turquie, Italie et au Japon.

Courges d’été : La courgette, la courge à moelle, la courge à cou tors ou courge torticolis et la courge à cou droit, le pâtisson.

Les courges d’hiver : La courge musquée, la courge Hubbard, le giraumon turban, la courge buttercup, le courgeron ou courge poivrée, la courge banane, la Mammouth, la citrouille et le potiron.

Sweet Dumpling         Mammouth        Courge à cou droit Courgeron       Pâtisson
Courge spaghetti

La courge spaghetti se distingue ds autres courges par sa chair qui ressemble à des spaghetti lorsqu’on la sépare avec une fourchette après la cuisson. Elle mesure de 20 à 35 cm de long et pèse environ 2 kg. Sa peau blanchâtre ou jaunâtre est lisse et moyennement dure. Sa chair d’un jaune pâle, tirant parfois sur le vert, a une saveur comparable à celle des courges d’été.

Utilisation :
Les courges d’été se consomment crues ou cuites.

Les courges d’hiver ou la courge spaghetti se consomment cuites et gagnent à être bien assaisonnées.
Les fleurs de courge et de courgettes sont comestibles en soupes, beignets, crêpes, omelettes, riz, fruits de mer, volaille…..

Conservation :
Manipuler les courges d’été avec soin, car elles s’abîment facilement. Les placer dans un sac plastique perforé et les réfrigérer, elles se conserveront environ une semaine. Les laver au moment de les utiliser.
Les courges d’hiver se conservent entre 1 semaine et 6 mois à l’abri du froid, de la chaleur et de la lumière. Ne les réfrigérer que si elles sont coupées ou cuites.

Valeur nutritive :
Les courges d’hiver cuites sont plus caloriques que les courges d’été car elles renferment plus de glucides ; elles sont une excellente source de potassium et de vitamine A ; elles contiennent de la vitamine C, de l’acide folique, de l’acide pantothénique et du cuivre.

Courge musquée

Découvrez aussi : l’Aubergine

La Maitake

Histoire :
Le Maitake de son nom scientifique Grifola frondosa, est un champignon basidiomycète de la famille des Meripilaceae.
Il pousse à l’état sauvage en Europe, en Asie et dans l’Est de l’Amérique du Nord.
Jusqu’à récemment, le maitake ne pouvait être cueilli qu’à l’état sauvage. Étant donné la grande valeur de ce champignon dans la pharmacopée orientale, il paraît que ceux qui en trouvaient « dansaient de joie » au moment de leur découverte.
A maturité, le maitake peut atteindre 50 cm de diamètre et peser jusqu’à plusieurs dizaines de kilos.
Depuis 1979, on sait comment le cultiver. Les Japonais en sont encore les principaux producteurs, et cette production ne cesse d’augmenter pour répondre aux demandes grandissantes du marché occidental.
Actuellement, l’essentiel de la production est réalisé au Japon, en Chine ainsi qu’aux États-Unis.
Les Européens considèrent les champignons comme des aliments fins. Pour leur part, les Orientaux leur ont toujours réservé une place de choix dans leurs pharmacopées traditionnelles.
Les chercheurs d’aujourd’hui concentrent leurs recherches sur les effets des polysaccharides du maitake. On pense que ces composés pourraient s’avérer utiles contre diverses maladies du système immunitaire, comme le sida et le syndrome de fatigue chronique, ou pour soutenir l’organisme pendant un traitement de chimiothérapie anticancéreuse.

Utilisation :
– En cuisine poêlé, préparé en omelette ou en salade (toujours cuit)
– Utilisé en Asie depuis des millénaires pour ses vertus toniques, ses propriétés adaptogènes et son action favorable sur la santé et la longévité, ce champignon compte parmi les piliers de la pharmacopée traditionnelle.
– Améliorer la résistance au stress, soutenir le système immunitaire, notamment en cas de cancer, abaisser la tension artérielle.

Conservation :
• Frais, quelques jours au réfrigérateur
• Sous forme de poudre ou d’extrait sec en capsules, en comprimés ou en gélules
• En ampoules également disponibles

Valeur nutritive :
riche en polysaccharides,
bonne sources de vitamines B1, B2, B3, B6, C, D et de l’acide folique ainsi que de minéraux comme le calcium, le fer, le potassium, le magnésium, le phosphore, des acides aminés
22 % de protéines

Très simple d’utilisation, le maitake fait partie des champignons qui ne présentent aucune contre-indication connue.

 

Découvrez aussi : Plus sûr de soi 

Chaque année, un Français jette en moyenne 20 kg d’aliments……….

Diviser par 2 votre panier à provision
La meilleure façon de ne pas gaspiller, c’est d’acheter ce dont on a besoin ni plus, ni moins.
Je planifie mes repas pour la semaine ou pour plusieurs jours et je vais faire mes courses avec une liste !
Je privilégie les produits frais et ceux à la coupe, et surtout à la bonne quantité.

Bien ranger votre frigo
Je range mes achats après le marché.
Je glisse les produits nouvellement achetés derrière les plus anciens.
Je fais la même chose dans le congélateur et les placards.

• Tenter de nouvelles recettes
Je prends ce qui est à consommer et je cherche une recette pour les utiliser.
Je fais la même chose avant de faire les menus et ma liste de courses.

Tout se recycle
Epluchures, fanes, coquilles d’œufs, marc de café, croûtes de fromage……. filent direct dans mon bac à compost.
Je recycle l’eau de lavage des fruits et légumes pour arroser mes plantes ou le jardin !

• Congeler !
Rien ne se perd, tout se congèle………. dès qu’un aliment est proche de sa date de péremption, ou que j’ai cuisiné de bons petits plats en grandes quantité.
Il faut prendre soin de préparer des portions pour 2 personnes maximum.
Bien les emballer, avec le moins d’air possible et donc de bactéries, pour qu’ils se conservent plus longtemps.

 

Découvrez aussi : Petits gestes pour grands changement dans la cuisine

 

Le Gingembre

Histoire :
Rhizome tubéreux d’une plante vivace originaire d’Asie du Sud-Est, le gingembre est cultivé dans la plupart des pays tropicaux et peut aussi pousser dans les régions chaudes des climats tempérés.
Il est connu pour ses propriétés aromatiques et médicinales depuis les temps anciens. Il est cité dans d’antiques écrits chinois et indiens. Le gingembre était également connu des Grecs. Les Romains l’appréciaient aussi puisqu’il l’importait il y a plus de 2000 ans. Ce n’est que vers la fin du XIIIème siècle que le gingembre fut connu par les Européens.


La partie aérienne de la plante peut etteindre1,5 mètre de haut . La multiplication de la plante s’effectue par la division des rhizomes. Ils sont de taille et de couleur variables (sable doré, jaune, blanc ou rouge)selon les variétés, fort nombreuses. Leur pulpe fortement aromatique est piquante, poivrée et parfois brûlante. Elle est recouverte d’une mince peau comestible lorsque le rhizome est jeune et frais.

Utilisation :
Choisir un rhizome ferme et non ratatiné, exempt de moisissures.
Le gingembre frais est pelé, tranché, râpé, haché ou coupé en fins bâtonnets.
La saveur du gingembre atteindra son maximum si on ajoute le gingembre en fin de cuisson et sera plus discrète s’il est intégré en début de cuisson.
Le gingembre assaisonne aussi bien des aliments salés que sucrés.
Le gingembre soulage les articulations, atténue la nausée, apaise la digestion et entretien le cerveau.

Conservation :
Le gingembre frais se conserve au réfrigérateur 2 ou 3 semaines.
Le gingembre se congèle facilement tel quel. Il peut être pelé et coupé non décongelé.
Conserver le gingembre moulu dans un contenant hermétique et le conserver dans un endroit sombre, frais et sec.

Valeur nutritive :
Le gingembre possède diverses propriétés médicinales. On le dit tonique, antiseptique, diurétique, fébrifuge, aphrodisiaque……
Il peut irriter le système digestif et doit donc être utilisé avec modération.

 

Découvrez aussi : Le Radis Noir

La Betterave

Histoire :
Plante potagère à racine charnue probablement originaire d’Afrique du Nord. Les betteraves rouges et blanches étaient connues des Romains qui faisaient usage de leurs racines, alors que d’autres peuples utilisaient leurs feuilles seulement.
A partir du XVIe siècle, la betterave dite potagère était couramment consommée par les Anglais et les Allemands, alors que la betterave blanche était utilisée comme fourrage pour les animaux.
La première usine d’extraction du sucre de la betterave fut construite au débit du XIXe siècle en Pologne. C’est à cette même époque qu’a débuté la culture des betteraves aux Etats-Unis.
La betterave est plus ou moins charnue et sa peau est mince et lisse. Sa chair, habituellement couleur rouge vif, peut être blanche. Ses grandes feuilles très colorées, ondulées ou plissées, sont comestibles.
Elles peuvent mesurer plus de 35 cm de long et 25 cm de large.Il existe plusieurs variétés de betteraves, dont la betterave fourragère qui sert à nourrir le bétail et la betterave sucrière transformée en sucre ou en alcool.
La betterave doit sa coloration typique à la bétacyanine, un pigment extrêmement soluble à l’eau. La moindre meurtrissure avant cuisson fait « saigner » la betterave, c’est-à-dire que cela fait suinter le suc pourpre de la betterave au contact du liquide.
Le jus de betterave tache facilement les doigts, que l’on peut nettoyer avec du citron. Il peut aussi colorer urine et selles, ce qui ne doit pas inquiéter.

Utilisation :
Elle peut être mangée crue ou cuite, en conserve ou au vinaigre.
Les feuilles sont délicieuses cuites et s’apprêtent comme l’épinard ou la bette.

Conservation :
La betterave fraîche peut se conserver de 2 à 4 semaines au réfrigérateur ou dans un endroit frais et humide.
Les feuilles lavées resteront fraîches pendant 3 à 5 jours au réfrigérateur dans un sac plastique perforé.

Valeur nutritive :
Excellente source de potassium et de vitamine A.
Bonne source de vitamine C, magnésium, riboflavine, fer cuivre, calcium, vitamine B, thiamine, acide folique, zinc et niacine.
Les feuilles sont d’excellentes sources de potassium et une bonne source d’acide folique, magnésium, vitamine c et fer.

Découvrez aussi : Le Radis noir

Notre alimentation joue un rôle majeur pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire.

Certains aliments aident à nettoyer notre corps :

• les algues et les micro-algues
• le radis noir
• la coriandre
• l’ail des ours
• les aliments qui entretiennent notre flore intestinale (ail, oignon, poireau…..)

D’autres booste notre immunité :

• les aliments lacto-fermentés mangés cru
• le miso non pasteurisé
• les germinations
• les plantes aromatiques
• les fruits frais et mûrs de toutes les couleurs
• les légumes crus
• les huiles de première pression à froid
• certains champignons comme le shiitaké

Limitez la viande et les produits laitiers……privilégier la qualité à la quantité !
Choisissez des aliments les plus complets, biologiques, évitez les additifs, les aliments industriels, les conserves, le sucre …….. Place au frais et au naturel.

Et de l’eau de bonne qualité !

Passez un excellent hiver

Découvrez aussi : Le Safran

Quelle est la quantité optimale de lipides à consommer ?
Recommandations de l’Association Kousmine Française

La quantité précise est en fonction des choix alimentaires et de la nature de chacun.
Ces quantités sont à adapter chez l’enfant.
Les personnes qui consomment peu de gras depuis des années doivent le réintroduire très progressivement, en respectant leurs capacités digestives.

A titre indicatif, pour un adulte et par jour :

• 2 cuillères à soupe d’huile riche en oméga-3, chanvre, noix, colza, toujours consommée crue et conservée au réfrigérateur des l’ouverture de la bouteille
• 1 cuillère à soupe d’huile très riche en oméga-3, lin, cameline
• 1 à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
• 1 à 2 cuillères à soupe de beurre, d’huile de coco ou de graisse animale (oie, canard, saindoux)
• des graines oléagineuses, noix de Grenoble, cajou, amande, jusqu’à l’équivalent d’un pot de yaourt en verre

Dans la semaine

• au moins 2 fois du poisson gras, maquereau, sardine, hareng, saumon…..
• et en alternance, des œufs, de la viande, des avocats……. Sans se préoccuper de la teneur en gras.

Et bien sûr, tout cela en Bio, non raffiné, non « chimiqué » ou surchauffé………!

Pour votre santé, manger mieux gras, moins salé,
beaucoup moins sucré !

Découvrez aussi : Pourquoi avoir une activité physique ?

L’Avocat

Histoire :
Fruit piriforme de l’avocatier, arbre originaire d’Amérique Centrale ou du Sud, l’avocat y est connu pour ses vertus depuis des temps immémoriaux. Les Aztèques désignaient ce fruit sous le nom d’abuacalt. Aujourd’hui, il est surtout cultivé au Mexique, au Brésil, en République Dominicaine, en Colombie et aux Etats-Unis.

L’avocatier croit sous les climats tropicaux et subtropicaux ; il peut atteindre 20 mètres de haut. Ses feuilles ovales et cireuses sont persistantes.

Il existe près d’une dizaine d’espèces qui produisent pour la plupart des grappes de petites fleurs blanchâtres ou jaune verdâtre très odorantes. La floraison, qui s’effectue en deux temps, ne donnera qu’une faible proportion de fruits.
Les 2 variétés les plus connues sont :

l’avocat Hass         

 

et l’avocat Bacon.

 

 

 

Il existe un avocat miniature sans noyau, appelé « avocat cornichon » ou avocat « cocktail »

Utilisation :
L’avocat se consomme habituellement cru et frais, mais il se trouve aussi sous forme d’huile que l’on peut ajouter à des crudités.
C’est un excellent coupe faim, riche en fibres et bon gras.
Il lutte efficacement contre la déshydratation des peaux sèches et les inflammations de l’épiderme.
Choisir un avocat plutôt lourd pour sa taille, pas trop ferme et exempt de taches noires et de meurtrissures. S’il est trop mou, il est trop mûr, la couleur de la peau n’est pas un indice de la maturité, mais dépend plutôt de la variété. L’avocat est à point quand il cède à une légère pression du doigt.

Conservation :
Laisser l’avocat mûrir à la température de la pièce, il ne mûrira plus s’il est réfrigéré.
Une fois mûr, il se conserve 2 ou 3 jours au réfrigérateur.
Il se garde sous forme de purée au congélateur.

Valeur nutritive :
L’avocat est une excellente source de potassium et d’acide folique, une bonne source de vit B6.
Il se digère facilement malgré sa teneur élevée en gras, car il contient de nombreux enzymes qui facilitent la digestion des matières grasses et 1 avocat, au quotidien, permet de réguler le cholestérol LDL.

Découvre aussi : La carotte