Comment grossir avec des produits light ?

Considérant leur moindre pouvoir calorique par rapport aux produits comparables mais sans sucre, bien des consommateurs se donnent bonne conscience et en mangent ………. davantage !
Mais les édulcorants sont un leurre pour le cerveau.
Quand le bol alimentaire émerge dans l’intestin, les récepteurs sensoriels des villosités de sa muqueuse envoient un message troublé au cerveau quant à la saveur sucrée d’un produit ….. qui ne contient pas de sucre !
C’est l’incompréhension pour les neurones, qui n’enregistrent alors pas le nombre de calories qu’ils sont en droit d’attendre d’un tel produit. Cela pousse l’organisme « en manque » à manger davantage pour satisfaire sa ration calorique, avec comme conséquence une prise de poids, ce phénomène a été étudié par le Pr S. Fowler.
De plus le trouble du cerveau en réponse à la réception sensorielle du goût sucré d’un produit ne contenant pas de sucre à une incidence néfaste sur la régulation de la glycémie.
Sans parler des nombreux autres problèmes de santé…..car les édulcorants sont toxiques et dangereux !

Aspartame : le tueur silencieux

Présent dans plus de 6000 produits, il est le plus dangereux des édulcorants pour l’organisme humain.
Nombre de scientifiques le disent : en silence, l’aspartame peut tuer ! D’ou son surnom : le tueur silencieux.

Lorsque nous absorbons de l’aspartame, soit dans un comprimé pour sucrer une boisson, soit dans un aliment, il se produit une fragmentation de l’aspartame effectuée par l’eau contenue dans le tube digestif associé à différents enzymes digestif.
Trois éléments sont alors issus de cette décomposition :
1. la Phénylalanine, provoquant de très graves troubles chez certaines personnes, d’ou la mentions obligatoire « Contient de la phénylalanine ».
2. l’Acide Aspartique, qui peut provoquer des désordres cérébraux.
3. le Méthanol, une fois absorbée se décompose dans le corps en :

formaldéhyde considéré comme cancérigène,
acide formique qui provoque une acidose nocive favorable au processus auto-immun et le lupus, des malformations chez les nouveaux, une altération de la vue,
dioxyde de carbone.

et s’il n’y avait que l’Aspartame !
Voici d’autres édulcorants plus ou moins toxiques :
– Acésulfame K
– Acide glycyrrhizique
– Alitame
– Brazzéine
– Cyclamate
– Erythritol
– Isomalt
– Mabinline
– Miraculine
– Moneline
– Néohespéridine
– Néotame
– Pentadine
– Saccharine
– Sucralose
– Thaumatine
– Tréhalose……

Alternative Naturelle

Le Miel, le Sirop de betteraves sucrières et La Stévia, édulcorant 100 % naturel, s’il est consommé sous forme de pure poudre de feuilles vertes.

Non à l’aspartame et autres édulcorants de synthèse toxiques.
Oui au Miel, à la Stévia et aux autres édulcorants naturels.

Découvrez aussi : Pourquoi avoir une activité physique ?

3 réflexions sur «  »

  1. Alternatives naturelles, est-ce que le xylitol, issu du sucre de bouleau entre dans cette catégorie? (IG > 8, pouvoir sucrant intéressant et non-cariogène). Son procédé d’extraction fait-il appel à des adjuvants chimiques? Les prix des édulcorants naturels sont relativement élevés, ce qui ne les rend pas abordables pour tous; mais les privilégier sur les alternatives chimiques, quitte à moins en consommer me paraît judicieux. Ne serait-il pas également intéressant de considérer l’aspect écologique de ces derniers (plante poussant localement, disparition des abeilles)? La stévia vendue en supermarché (blanche) ne contient que très peu de stévia, mais de l’érythritol et parfois du lactose. Son goût de réglisse est assez désagréable dans certaines préparations.

    1. Bonjour Laura,

      Le Xylitol est un sucre alcool qui vient de l’écorce de bouleau donc il y a transformation chimique pour l’obtenir, ce n’est pas un édulcorant naturel comme le miel, la poudre de feuille de stévia ou le jus séché de la canne à sucre.
      Le Xylane est convertie en xylose par hydrolyse acide, puis hydrogénée pour obtenir le xylitol. L’hydrogénation est suivie de plusieurs étapes de séparation et de purification.
      Le miel bien exploité ne nuit pas aux abeilles, et le sirop de betterave sucrière sont les 2 « sucre » locaux en Europe que l’on peut utiliser occasionnellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.