Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, seul compte un bon équilibre alimentaire.

L’homme est omnivore et peut manger de tout, sans excès. Aucun aliment n’est indispensable ! Ils peuvent tous être remplacé par d’autres aliments.
La viande n’est pas l’unique aliment renfermant des protéines, le poisson et les œufs sont de très bonnes sources de protéines animales, ainsi que les produits laitiers.
Les légumineuses sont la meilleure source végétale, mais il y a aussi des protéines dans les orties et les champignons, par exemple !
La viande n’est pas non plus le seul aliment du plat de résistance, il est accompagné de légumes et de légumineuses ou céréales.

Le régime végétalien est déconseillé, car on s’expose à ces âges à de forts carence en fer, zinc, calcium, oméga3 et vitamine B12.

Age par âge, comment doser ?
De 1 à 3 ans

Les besoins en fer et en protéines sont très élevés en raison de la croissance. Il faut donner 30 à 50 g de viande par jour.

De 4 à 12 ans
100 à 120 g de viande, 4 à 5 fois par semaine……. Alterner lapin, veau, agneau, canard, poulet, œufs…..

A l’adolescence
Les garçons ont besoin de plus de protéines que les filles, mais elles ont plus besoin de fer !
Pour un garçon 120 à 150 g de protéines par jour en alternant les sources animales et végétales.
Pour les filles 120 g de protéines par jour en alternant les sources animales et végétales.

Il ne faut pas se forcer à manger de la viande et surtout de la viande rouge si l’on n’en a pas envie, que cela soit par goût ou par conviction, mais il faut manger équilibrer et s’assurer d’avoir un apport suffisant en protéines de qualité et en fer.

Le repas doit rester un moment de partage et de plaisir !

Découvrez aussi : Les huitres

Quelques jours pour dérouiller naturellement……..

Ceci n’est pas un régime, mais une hygiène de vie à pratiquer le plus souvent possible ou en cure de 15 jours plusieurs fois dans l’année.

Le matin au saut du lit :
– Boire un jus de citron avec de l’eau, sauf si vous avez des problèmes de digestion et que vous êtes frileux, alors buvez un verre d’eau chaude
– Faire des étirements…….si vous n’êtes pas du matin, faites-les après le petit-déjeuner et votre toilette, pour donner le temps à votre corps de se réveiller.

Dans la journée :
Respirez en vous concentrant sur votre souffle pendant 3 à 5 minutes en ayant une expiration deux fois plus longue que l’inspiration. Effet anti-acidifiant sanguin et anti-stress musculaire.
Marchez 30 minutes par jour à l’extérieur
Mangez des plats qui contiennent beaucoup de légumes et du curcuma, l’épice anti-inflammatoire par excellence.

Le soir après le dîner :
Prendre un bain aux plantes ou aux huiles essentielles ou faire un soin local (friction, compresse….)
– Faire un exercice de respiration ou de relaxation, juste avant de vous coucher. Cela vous prendra 5 à 10 minutes qui vous permettront de vous endormir plus serein.

Consultez un Naturopathe afin de faire un bilan Acido-basique et de personnaliser les conseils : choix de l’alimentation alcalinisante, suggestion de compléments alimentaire ………..exercice physique….

Découvrez aussi : Les Aliments des articulations

Les Aliments : des complices nutritionnels pour une bonne santé articulaire……

• Les Crucifères
Cette famille est composée des choux, radis et navets.
Ils sont riches en vitamines C et K, flavonoïdes, fibres et composés soufrés, les glucosinolates, qui stimulent les enzymes bloquant le processus inflammatoire et empêchent la destruction des cellules du cartilage.
Pour bénéficier au maximum de leurs bienfaits, mangez-en à votre menu 3 fois par semaine, crus de préférence, ou cuits al dente, à la vapeur ou dans un peu d’eau.

Le Citron
Ses flavonoïdes et ses vitamines, en particulier la C, en font un super-oxydant.
Le potassium est quant à lui un puissant alcalinisant, capable de remettre à niveau l’équilibre acido-basique de l’organisme.
Ce détoxifiant de l’organisme contribue au bon fonctionnement des articulations.
Boire le matin à jeun ou vers 17h un jus de citron tiède avec un peu d’eau diminue le taux d’acidité.

Les Fruits rouges
Cerises, framboises, cassis, myrtilles, grenades, canneberges, fraises et raisins sont de véritables concentrés d’anti-oxydants, contenant des polyphénols, du bêta-carotène, de la vitamine C et des minéraux variés.
Leurs tanins et les pigments sont anti-inflammatoires. A consommer frais ou surgelés et crus pour garder la vitamine C, et bio car fraises, framboises et cerises font partie des petits fruits les plus contaminés en pesticides.

• Les Alliacés
Grâce à leurs composés soufrés, ail, oignon, échalote, ciboule et ciboulette ou poireau jouent un rôle anti-inflammatoire avéré.
Pour une efficacité optimale, hacher, broyer l’ail avant la cuisson, et le laisser reposer dix minutes pour favoriser ses réactions chimiques.
On peut aussi les consommer cru.

Le Curcuma
Ce puissant anti-inflammatoire et antioxydant contient de la curcumine qui inhibe une enzyme pro-inflammatoire.
Pour potentialiser ses effets, il faut toujours le consommer en association avec un peu d’huile et du poivre noir ou du gingembre pour améliorer sa biodisponibilité dans le tube digestif.

Les Huiles de premières pression à froid
Huile de colza, lin, cameline ou chanvre, toujours utilisées froides, sont les principales sources végétales d’oméga-3, ces acides gras essentiels qui contrebalancent les effets pro-inflammatoire de nombreux autres aliments ou huiles.

L’huile d’olive, riche en acide gras mono-insaturés est un allié du système cardio-vasculaire grâce à ses antioxydants aux effets antalgiques et qui aide à bloquer les enzymes impliqués dans l’inflammation. On ne la fait pas chauffer à plus de 200°C.

• Les Grains entiers de céréales
Riz brun ou complet, avoine, quinoa ou millet et orge, céréales sans gluten et contenant des fibres, des vitamines B6 et B9et des protéines utiles contre l’inflammation à condition de les marier avec des légumineuses.

• Les Poissons gras
Riches en oméga-3, sélénium, zinc et vitamine D, maquereau, hareng, sardine, anchois, anguille, flétan et exceptionnellement thon et saumon péché protègent contre l’inflammation.
Cru ou cuits à la vapeur douce afin de préserver les oméga-3.

• Les Coquillages et Crustacés
Sources intéressantes de protéines, minéraux et oligo-éléments antioxydants, zinc et sélénium.

Et tout cela en Bio, afin de ne pas surcharger l’organisme avec des résidus de pesticides.

Découvrez aussi : Le Jeûne

Plus souples et moins douloureuses……….

Les plantes arrivent en tête dans les solutions qui aident à combattre l’arthrose…..

La douleur et la réduction de la mobilité s’installent progressivement dans une/les articulation/s au niveau du dos, des épaules, des genoux……… soulager cette douleur et délier les mouvements pour retrouver de l’amplitude est essentiel.

• Les Plantes : un duo de base, en cure de quelques semaines suivies d’une pause, avant reprise éventuelle.

La Reine-des-prés, aspirine naturelle
Anti-douleur et anti-inflammatoire, ses fleurs possèdent de puissantes vertus contre les rhumatismes qui la font souvent comparer à de « l’aspirine naturelle ».

• 50 à 60 grammes de fleurs pour un litre d’eau chaude mais non bouillante. Laisser infuser 10 minutes et boire au minimum 3 tasses par jour.
Certains lui préfèrent le Saule Blanc aux propriétés identiques.

L’Harpagophytum en décoction
Les racines de cette plante, surnommée la « griffe du diable » sont utilisées pour les articulations depuis des centaines d’années par les peuples du sud de l’Afrique. Il a été montré que leur efficacité sur les douleurs articulaires était due à la présence d’harpagoside, substance anti-inflammatoire. Déconseillé aux personnes souffrant d’hypertension, d’arythmie ou d’ulcère d ‘estomac.

• sous forme de gélules : 1000 mg/jour
• en teinture mère :30 gouttes dans un verre d’eau
• en extrait de plantes fraîches
• en tisane : 1 cuillère à café en poudre pour une tasse d’eau bouillante, avec 3 prises par jour
• pommade, gel ou baume : en massage sur les zones douloureuses

• les Huiles essentielles : 3 huiles de base

• La Gaulthérie couchée, combat les raideurs musculaires, soulage la douleur et l’inflammation
• La Lavande aspic, très apaisante, décontractante et anti-inflammatoire
• LHélichryse italienne, en cas de risque d’hémorragie ou de troubles de la vésicule, inti-inflammatoire, elle prévient et soulage les douleurs articulaires

◦ 30 gouttes d’une des Huiles essentielles dans 100 ml d’huile végétale (sésame, arnica), mélanger, puis appliquer en massage sur la zone douloureuse jusqu’à pénétration, 3 fois par jour, pendant 10 jours
Alterner pour trouver celle qui convient le mieux
Vous pouvez trouver des mélanges déjà faits.

L’Ostéopathie, Kinésithérapie-vertébrothérapie
Pour conserver ou retrouver une certaine mobilité

• L’Acupuncture
Il existe des points spécifiques qui calment la douleur. Pour l’acupuncture , l’arthrose est liée la stagnation de l’énergie du foie et une faiblesse de l’énergie du rein

L’Homéopathie : 4 Remèdes conseillés par Sirpa Majava

Dulcamara 9 CH
si les symptômes apparaissent brusquement quand le temps devient froid et humide ou avant un orage, qu’ils sont améliorés par temps sec ou en changeant de position.
Rhus Toxicodendron 9 CH
si la douleur est déclenchée par l’humidité mais améliorée par le mouvement
Causticum 9 CH
Lorsque l’arthrose s’aggrave par temps sec et venteux et s’améliore avec la chaleur et l’humidité
Bryonia alba 9CH
Si l’articulation est plus douloureuse en bougeant mais soulagée par la compression

• 5 granules 3 fois par jour ou toutes les 2 heures en cas de crise forte.

5 éléments clés à ne pas négliger

1. Entretenir sa souplesse
Un point fondamental pour conserver ou récupérer sa mobilité.
Quelques mouvements quotidiens, quelques minutes matin, soir et au cours de la journée.
2. La Température
La chaleur a un effet décontracturant et antalgique d’où les cures thermales
Le froid aide à combattre l’inflammation.
3. L’Argile verte en cataplasme
Concentré de minéraux et d’oligoéléments, qui calment les crises inflammatoires.
Mélanger la poudre avec une spatule en bois dans un récipient en verre (pas de métal), puis appliquer en couche épaisse durant une heure ou deux sur la zone douloureuse et rincer à l’eau tiède.
4. Bien choisir sa literie
Matelas et oreiller adaptés peuvent faire une nette différence en cas d’arthrose du dos et du cou.
5. Perdre du poids si nécessaire
Un surpoids inflige une charge supplémentaire qui fatigue les articulations.

L’été et les vacances sont une bonne période pour changer ses habitudes !

Découvrez aussi : Les étirements pour les plus de 60 ans

L’Equilibre acido-basique

A notre époque la perturbation principale du terrain est l’acidification et pourtant cet équilibre acido-basique est la base essentielle de notre santé.

• Nous abusons d’aliments raffinés, dévitalisés, carencés en minéraux, et en oligo-éléments.
Les minéraux contenus dans nos os et autres tissu (dents, muscles….)sont sans arrêt mobilisés pour remplacer ceux que devraient apporter l’alimentation.
• Nous sommes soumis au stress chronique et à des chocs émotionnels fréquents.
• Nous vivons des sentiments destructeurs.
• Nous ne passons pas assez de temps au grand air et n’avons pas une activité physique régulière.

L’équilibre acido-basique, fonction organique très importante, est ainsi modifié, créant les conditions idéales au développement de maladies modernes tels rhumatismes, goutte, eczéma, diabète, cancer, la plupart des maladies en -ite et des maladies chroniques………inflammation de l’intestin.
La circulation perturbée de ces minéraux et les déchets toxiques produits, provoquent une hyper acidité tissulaire souvent chronique affectent le transport de l’oxygène et la nutrition de la cellule diminuant d’autant sa vitalité et sa longévité.

Le Dr C. Kousmine avait l’habitude dire : « Lorsque nous avons été soumis longtemps au surmenage, ou lors de maladies graves et prolongées, nous accumulons beaucoup d’acides dans notre organisme et il faut longtemps pour les éliminer. »

Comment alcaliniser le terrain ?

a) Créer un environnement relaxant
b) Entretenir des pensées positives
c) Manger des fruits, des graines germées et des légumes crus, alcalinisants par excellence
d) Boire uniquement de l’eau faiblement minéralisée pour ne pas surcharger les reins, car les minéraux de l’eau ne sont pas assimilables par le corps
e) Faire des infusions de prêle, ortie ou poudre de bambou
f) Faire une marche quotidienne de 30 minutes dans la nature
g) Jeûner ou faire une cure de détox
h) Prendre des bains salés avec 500g à 1kg de sel de mer gris ou de sel de l’Himalaya
i) Prendre des compléments alimentaires, Sérum de Quiton, Algue Klamath…….

Voilà quelques pistes pour mieux vous porter et pour aller plus loin n’hésitez pas à me consulter.

Découvrez aussi : Le Radis Noir

(3 minutes)

Avant de vous coucher, c’est un moment privilégié pour faire quelques étirements. Ils sont destinés a vous détendre et à vous aider à mieux dormir.
Prenez votre temps pour sentir les parties de votre corps qui restent tendues.
Il faut 21 jours pour changer ou prendre une nouvelle habitude …… à vous de jouer !

 

Alors, voici les conseils de la Kinésithérapeute-vertébrothérapeute Nelly Schaeffer :

Allongez-vous sur le dos et étirez-vous lentement en respirant profondément.

1. Les genoux pliés, les mains entrecroisées derrière la tête, rapprochez lentement les omoplates pour tendre le haut du dos. Demeurez dans cette position pendant 4 à 5 secondes, puis détendez-vous.
Répétez 3 ou 4 fois.

2. Les genoux pliés, pour diminuer la tension dans le bas de votre dos, contractez vos muscles fessiers et en même temps, rentrez vos muscles abdominaux comme si vous vouliez aplatir votre bassin et le coller au sol.Gaedez la position pendant 5 à 8 secondes, puis détendez-vous.

3. En vous aidant de vos mains, ramenez votre genou vers la poitrine.
Votre nuque et votre bassin sont bien à plat sur le sol.
Restez ainsi 10 à 30 secondes, puis changez de jambe.

4. Laissez-vous aller, les mains sur la poitrine, les genoux pliés, les plantes des pieds jointes.
Demeurez 30 secondes en vous abandonnant à la pesanteur.
Pour votre confort, vous pouvez placer un petit coussin sous votre tête.

5. Allongez-vous les jambes jointes, les bras vers le haut.
Tendez vos bras et vos jambes en même temps, sans forcer, comme si vous vouliez toucher quelque chose avec vos bras et vos orteils.
Tenez 5 secondes et détendez-vous.

Découvrez aussi : Les étirements le matin

Viande ou pas viande ?

La viande n’est pas indispensable pour avoir un apport suffisant au quotidien de protéine….. il faut juste choisir les bons aliments.

Un adulte a besoin d’environ 20g de protéine par jour……

Voici une idée d’aliments qui sont de bonnes sources de protéines

Grammes de protéines
pour 100g d’aliment :

SPIRULINE séchée ou déshydratée               60g
BIFTECK grillé                                                       30g
THON miette à l’huile                                           24g
AMANDES avec peau                                        20g
BRIE                                                                         17g
STEAK à base de SOJA                                         15g
ŒUF                                                                         14g
TOFU                                                                   10g
LENTILLES                                                        9g
FROMAGE BLANC nature 8 % de MG               6g

mais il y a aussi les ORTIES 5,5g, les champignons 3g……….

Ne pas oublier que pour une bonne assimilation, il faut varier les sources de protéines.

Découvrez aussi : l’Alimentation ou la troisième médecine

……un cadeau que l’on se fait ?

Les vacances arrivent à grands pas………. avec leur lot de rencontres familiales et amicales et certains d’entre nous appréhendent de na pas pouvoir lâcher leur ordinateur, téléphone ou tablettes.

La présence du numérique est tel que la frontière entre vie professionnelle/études et vie privée devient de plus en plus ténue……..à tel point que certains ne se déconnectent jamais, même la nuit.
Un tel changement de comportement induit une évolution sue le mental.
Sollicité en permanence, soumis à un flux continu d’informations diverses et variées, le cerveau a besoin de repos.
Il souffre du mal moderne : l’hyper-connectivité ! Une frénésie qui suscite de plus en plus l’envie de débrancher pour ralentir et revenir à l’essentiel.
Certains lieux de vacances, en montagne par exemple, propose des séjours « déconnectés ». Il n’y a pas de réseau ou bien on laisse son portable en arrivant.

Il est bien d’anticiper son départ en vacances et de ralentir son rythme. Un RDV chez le Sophrologue afin de se relaxer et visualiser ses vacances ……. et puis des prises de conscience au jour le jour à nettoyer avec la Kinésiologie.

Car l’individu est devenu un outil de production, aux dépens de l’essentiel : se connecter à lui-même ! Les vacances nous signalent qu’il est temps de ralentir, de faire une pause, de s’arrêter avant que notre tête ne lâche face à nos angoisses et stress perpétuels.
Prendre le temps de ne rien faire, se laisser porter par ses envies, sans culpabiliser, est un art qu’il est essentiel de maîtriser afin de protéger notre plus grand bien : nous-même.

Ranger la tablette dans son attaché-case/sac, placer le smartphone au fond du sac à dos en mode silencieux, supprimer l ‘écoute des radios d’information continue qui distillent essentiellement des mauvaises nouvelles……… le week-end, ne pas relever ses courriels…….

Des pratiques à mettre en place au quotidien pour se « déconnecter » pendant les vacances !

Découvrez aussi :1936……..les congés payés !

Jean Valnet

né le 26 juillet 1920 à Châlons-sur-Marne, décède le 26 mai 1995, a été l’un des artisans du développement de la phyto-aromathérapie.
Il est aussi le créateur de la marque de produits d’aromathérapie « Docteur Valnet » laboratoire Cosbionat.

Au XXème siècle, la France est à la pointe de la recherche grâce aux travaux scientifiques de René Maurice Gattefossé qui est indubitablement à l’origine du nom comme du principe de l’aromathérapie, ses recherches ont été reprises, développées, systématisées et commercialisées après la seconde guerre mondiale par le Dr Jean Valnet.

Côté Résistance pendant la seconde Guerre Mondiale, Jean Valnet est Docteur en médecine, chirurgien, il est aussi diplômé de médecine légale et de psychiatrie, de microbiologie et d’hygiène, de médecine coloniale (Guerre d’Indochine), et diplômé de médecin du travail. Son héroïsme lui vaut une belle collection de médailles.

Dès 1948, il expose le résultat de ses travaux dans de nombreuses publications médicales et divers ouvrages devenus célèbres.
En 1959, le Dr Jean Valnet quitte l’armée pour retourner comme médecin civil .
à Paris et poursuivre ses recherches. Il se consacre à la médecine de l’homme total (alimentation, phyto- et aromathérapies) ainsi qu’à l’étude, et à l’enseignement de la phytothérapie et de l’aromathérapie. C’est un lanceur d’alertes. Ses prises de position sur les médicaments de synthèse, les thérapies alternatives, l’agriculture biologique et l’alimentation saine, font qu’en 1971, il est suspendu pendant un an par l’Ordre des médecins, à la suite de la parution de son ouvrage Docteur Nature.

« J’avais acquis la conviction que la vérité médicale
n’était pas dans la chimie de synthèse, mais dans la nature. »

Très ouvert sur les autres disciplines, le Dr Valnet travaille avec toutes sortes de thérapeutes.

Le Dr Valnet marque son époque, ce qui n’empêche pas l’avènement de la chimie et les conséquences qu’on lui connaît.
Aujourd’hui, on questionne la consommation systématique d’antibiotiques, d’anti-inflammatoires, d’anti-dépresseur…… et on redécouvre les réels pouvoirs des huiles essentielles : antibactériennes, antivirales, anti-inflammatoires, apaisantes, digestives ……
Elles sont un véritable outil pour note santé …….A condition d’être bio et de qualité irréprochable !
Ainsi naît en 1985 le laboratoire Cosbionat, localisé à Vendôme.

En 1981, il fonde le Collège de phyto-aromathérapie et de médecines de terrain de langue française

Livres du Dr Jean Valnet :
Docteur Nature
• La phytothérapie : traitement des maladies par les plantes
• L’Aromathérapie, Traitement des maladies par les essences des plantes
• La santé par les fruits, les légumes et les céréales

Découvrez aussi :Johann Künzle

Avez-vous déjà mangé des plantes sauvages ?

Ortie, plantain, pâquerette, ail des ours, pissenlit ……… un vrai régal, à cueillir lors de vos sorties quotidiennes dans la nature et à cuisiner chaud/froid.

Avez-vous eu la chance de manger une salade de pissenlit, fraîchement cueilli, avec des petits lardons et des œufs durs, vinaigre + huile ……..un vrai régal, un « bol de nature ».

Vous trouverez des plantes sauvages tout autour de vous. Veillez à choisir de jeunes pousses, fraîches, loin des bords de routes ou des champs pleins de produits chimiques……votre propre jardin est un bon endroit………vous y trouverez pâquerettes, pissenlits, orties, plantains……..vous pouvez planter également des fleurs comme la bourrache, la capucine…….. pour décorer vos salades en été.

Bien sûr, comme pour les champignons, on ne ramasse que les plantes comestibles que l’on connaît bien.

Car il ne faut pas confondre quantité et qualité ! Nous sommes habitués à la première en négligeant la seconde. Or les plantes sauvages nous l’offrent en abondance. Ces végétaux sont extrêmement riches en micronutriments qui nous font généralement défaut. La réaction habituelle est de supplémenter l’alimentation par la prise de compléments alimentaires.
D’après François Couplan « Quand on connaît la teneur souvent ahurissante en micronutriments des légumes et des fruits sauvages, on se pose une question : mais pourquoi ne les met-on pas à profit ? Elle tient, en fait, à ce que nous en mangeons pas des aliments, mais des symboles ! En l’occurrence, les plantes sauvages ont été dévalorisées depuis des siècles, et pour cette raison, elles ne font pas partie de la nourriture possible de l’honnête homme. »

« Que l’aliment soit ton médicament » Hippocrate
Il ne faut pas oublier qu’un organisme à qui l’alimentation apporte tous les éléments dont il a besoin sera très probablement mieux à même de faire face aux agents pathogènes de notre environnement.

Améliorer notre immunité naturelle est la meilleure façon de se soigner, car elle limite les risques d’être malade.

Lors de vos prochaines sorties n’oubliez pas vote panier et un petit couteau ou ciseau.

Bonne récolte et bonne dégustation.

Découvrez aussi : Le livre : Contes à aimer, contes à s’aimer