Catherine Kousmine

Née le 17 septembre 1904, en Russie, Catherine Kousmine et ses parents sont obligés de s’exiler en Suisse en 1918 à cause de la Révolution russe.
Catherine rentre à l’école supérieure de Lausanne, où elle passe un baccalauréat ès sciences. Elle entreprend ensuite des études de médecine à la faculté de médecine de Lausanne. Elle obtient son diplôme de médecin en 1928.
Elle travaille quelques années en cabinet, puis souhaite suivre une spécialité en pédiatrie et se rend à Zurich où elle sollicite un poste dans la clinique pédiatrique du professeur G. Fanconi, où elle reste jusqu’en 1946. Elle étudie ensuite à Vienne, à la clinique du professeur Epinger et après six ans de stage, elle obtient un diplôme en pédiatrie. De retour en Suisse, elle exerce en tant que généraliste, car son diplôme de pédiatrie n’est pas reconnu dans ce pays.

Elle est l’une des fondatrices de ce qui a été appelé «médecine moléculaire», une pratique à visée thérapeutique basée sur des croyances et dont les effets allégués n’ont pas été prouvés

Le Dr Kousmine pense que nous avons perdu cet instinct qui permettait autrefois de choisir l’alimentation la mieux adaptée à nos besoins.
D’une génération à l’autre, nous sommes devenus plus fragiles et les atteintes des maladies dégénératives se sont multipliées, depuis les caries dentaires jusqu’aux cancers.
Elle affirme qu’il est possible de prévenir la cancer et elle a soigné avec succès de très nombreux malades atteints de polyarthrites chroniques, de sclérose en plaque et de cancer.

Travail sur les huiles alimentaires
Le Dr Kousmine s’est très tôt intéressée aux huiles alimentaires dont la qualité avait changé au cours de la Seconde Guerre mondiale : les producteurs ont introduit les méthodes de pressage à chaud (160-200°) dans le but de produire moitié plus d’huile avec la même quantité de matière première.
L’extraction par l’hexane, un solvant organique voisin du benzène, difficile à éliminer, permet aussi de produire près du double de quantité d’huile.
L’inconvénient majeur de ces méthodes, par rapport à la méthode de pressage à froid, est que la qualité de l’huile n’est plus optimale : elles transforment une partie des molécules cis (naturelle) en molécules trans (la molécule trans ne s’intègre pas dans nos chaînes métaboliques).
Ces acides gras trans ont depuis fait l’objet d’études qui ont montré leur nocivité à faibles doses, ce qui a conduit plusieurs pays ou municipalités à prendre des mesures de recommandations, de restriction ou d’interdiction.

Critiques
Les travaux du Dr Catherine Kousmine n’ont malheureusement pas reçu l’assentiment de la communauté scientifique.

Après sa mort, le 24 Août 1992, en Suisse, une fondation portant son nom a été créée pour perpétuer ses méthodes. Cette fondation possède des filiales dans plusieurs pays.

La crème Budwig, dite aussi délice du matin ou crème de cent ans, est un mélange composé de fruits frais, céréales fraîchement moulues, oléagineux et produits laitiers. Elle a été créée par Johanna Budwig, chercheuse et biologiste allemande, et reprise par le Dr Kousmine, qui la conseillent au petit-déjeuner.
Elle a la particularité d’être composée uniquement d’aliments crus.

Découvrez aussi : Les messages cachés de l’eau

Huile Essentielle de Tea Tree

Tea tree
Melaleuca alternifolia

Description botanique

Originaire d’Australie, l’arbre à thé au feuillage épineux et à fleurs jaunes ou pourpres se rencontre à l’état sauvage dans les zones marécageuses.
Aujourd’hui, la demande énorme a permis la mise en culture de plantations qui s’étendent sur des milliers d’hectares.

L’avis du professionnel

Le tea tree est une huile essentielle dont la réputation n’est plus à faire.
On la retrouve dans un très grand nombre de produits d’hygiène corporelle et de cosmétiques.
Protectrice cutanée lors des séances de radiothérapie.
Dans le shampoing, elle éloignera les poux !
• En cure de 2 semaines, déposez 1 goutte de tea tree sur la brosse à dent avant le dentifrice puis brossez-vous les dents.

Précautions et contre-indications

Voie interne réservée au thérapeute
Déconseillé dans les 3 premiers mois de la grossesse
Pas d’usage prolongé sans l’avis d’un naturopathe ou d’un aromathérapeute

Découvrez aussi : les Huiles essentielles de Beau

Afin d‘étirer et soulager les muscles qui servent au quotidien !

De nouveau des conseils de la Kinésithérapeute-vertébrothérapeute pour s’assouplir.

Allongé sur le dos :

1. Tournez votre menton vers la gauche sans bouger les épaules et sans retenir votre respiration.Vous devez sentir un étirement dans la partie droite du cou et le maintenir 5 à 10 secondes.
Faites de même en tournant votre menton vers la droite.
Recommencer 2 fois de chaque côté.

2. Laissez-vous aller, les mains sur la poitrine, les genoux pliés, les plantes des pieds jointes.
Demeurez 30 secondes en vous abandonnant à la pesanteur.
Pour votre confort, vous pouvez placer un petit coussin sous votre tête.

3. Dans la même position, effectuez un léger balancement sur les côtés. Le mouvement doit partir de la taille.
A répéter 10 à 12 fois.

4. Les genoux pliés, les mains entrecroisées derrière la tête, rapprochez lentement les omoplates pour tendre le haut du dos. Demeurez dans cette position pendant 4 à 5 secondes, puis détendez-vous.
Répétez 3 ou 4 fois.

5. Les genoux pliés, levez un bras aussi haut que possible en maintenant l’autre le long du corps.
Gardez la position 10 secondes et changez de côté.
Ne contractez pas les mâchoires.

6. En vous aidant de vos mains, ramenez votre genou vers la poitrine.
Votre nuque et votre bassin sont bien à plat sur le sol.
Restez ainsi 10 à 30 secondes, puis changez de jambe.

7. Le haut du dos, la nuque, les épaules et les coudes doivent reposer sur le sol. Pliez vos jambes et posez vos pieds à plat sur le sol, les doigts entrelacés derrière la nuque, les bras au repos.
Placez votre jambe gauche sur votre jambe droite.
Utiliser votre jambe gauche pour ramener votre jambe droite vers le sol, jusqu’à ce que vous sentiez l’étirement de votre flanc droit et du bas de votre dos
Demeurez 10 à 20 secondes dans cette position.
Répétez ensuite l’opération de l’autre côté.

8. Allongez-vous les jambes jointes, les bras vers le haut.
Tendez vos bras et vos jambes en même temps, sans forcer, comme si vous vouliez toucher quelque chose avec vos bras et vos orteils.
Tenez 5 secondes et détendez-vous.

9. En position assise sur le sol, les plantes des pieds jointes, saisissez vos orteils et penchez-vous lentement vers l’avant, en pliant la taille, jusqu’à ce que vous sentiez un bon étirement des muscles de l’aine.
Vous pouvez également le ressentir dans le bas du dos.
Demeurez dans cette position pendant 20 secondes.
Gardez les épaules et le cou droits. Le mouvement doit partir des hanches.
Laissez reposer vos coudes sur la face externe de vos jambes, afin de bien assurer votre équilibre.

Assis par terre :

10. Tendez la jambe droite. Pliez la jambe gauche et faites passer votre pied au dessus de la jambe tendue. Pliez le coude droit et appuyez votre avant-bras contre la face externe de la cuisse gauche, juste au-dessus du genou.
Posez la main gauche sur le sol derrière vous. Tournez lentement la tête pour regarder derrière votre épaule gauche, en faisant pivoter tout le buste vers la gauche.
Gardez la positon pendent 10 à 15 secondes.
Changez de côté.

11. Dépliez votre jambe vers l’avant en plaçant la plante de l’autre pied contre la face interne de la cuisse.
Courbez-vous vers l’avant, les 2 mains sur la cheville, en vous arrêtant dès que vous ressentez un léger étirement des hanches. Utilisez une serviette si vous ne pouvez pas atteindre facilement votre cheville.
Gardez cette position 10 à 15 secondes et ensuite changer de jambe.

12. La jambe repliée, placez une main sur votre cheville, l’autre sur votre pied et faites tourner celui-ci sans forcer, dans un sens puis dans l’autre, une 20ène de fois.
Faites l’exercice avec chaque cheville, sans forcer.
Prenez ensuite vos orteils d’une main et tirez doucement le pied vers vous, sans lâcher la cheville que vous maintenez de l’autre main.
Maintenez l’étirement pendant 10 secondes.
Renouvelez 2 ou 3 fois avec chaque pied.

13. Avec le pouce, massez doucement votre voûte plantaire , du talon aux orteils, en effectuant des mouvements circulaires et en pressant longuement les tissus les plus mous.

Debout :

14. Placez-vous face au chambranle d’une porte, genoux légèrement fléchis, les mains sur les montants, au niveau des épaules.
Avancez le haut du corps jusqu’à ressentir un étirement agréable dans les bras et la poitrine.
Maintenez la tête et la poitrine haute pendant l’exercice.
Gardez la position 15 secondes.

15. Placez vos mains paume contre paume devant vous, les doigts pointés vers le haut.
Sans bouger le niveau de vos épaules, rabattez de la main gauche les deux mains à l’horizontale
Maintenez-le 5 à 8 secondes puis changer de côté.

16. Les bras au-dessus de la tête, prenez votre main gauche dans la main droite et penchez-vous vers la droite en tirant sur le bras.
Essayez de garder les deux bras tendus.
Tirez pendant 10 secondes, puis revenez à la verticale et faites la même chose de l’autre côté.

17. Remontez vos épaules au niveau de vos oreilles jusqu’à sentir un léger étirement dans le cou et les épaules.
Restez ainsi 5 secondes et redescendez les épaules.
Abaissez ensuite doucement votre épaule droite tout en inclinant la tête vers la gauche.
Maintenez la position pendant 5 secondes et recommencez de l’autre côté.

18. Placez vos mains dans le dos,au niveau de la ceinture, les paumes à plats et les doigts pointés vers le sol.
Avec les mains, exercez une pression sur le bas du dos pour le mettre en extension.
Maintenez la position 10 secondes et recommencez 2 fois.
Ne retenez pas votre respiration.

19. Placez-vous devant un mur sur lequel vous appuyez vos avant-bras, la tête posée sur vos mains jointes.
Pliez une jambe et tendez l’autre vers l’arrière, la plante du pied bien à plat sur le sol, perpendiculaire au mur ou légèrement tourné vers l’intérieur.
Ne forcez pas et restez ainsi 10 à 15 secondes.
Changez de jambe.

Découvrez également : Les étirement le matin

Johann Künzle

est né le 3 Septembre 1857 près de Saint Gall en Suisse.
Autrefois, il était courant qu’un enfant doué issu d’une famille nombreuse et pauvre s’oriente vers le sacerdoce. Johann Künzle fréquenta donc le Petit séminaire St Georgen et devint diplômé du Collège bénédictin d’Einsiedeln.
Le jeune lycéen trouva en le père Ludwig Staub, son professeur de botanique, celui qui fut son «père spirituel» et qui le guida vers sa vocation quelque peu tardive qui le poussa à devenir curé-herboriste.
Il suivit par la suite des études de théologie et de philosophie en Belgique.
Parmi les différentes missions d’assistance qu’il se donnait figurait notamment le soin des malades, qui lui révéla une vision plus holistique de la santé des hommes.

Le savoir de la «pharmacie du Seigneur»
Dès 1907, il est prêtre à Herisau. C’est là qu’il acheta aux enchères le livre des plantes médicinales du professeur de médecine Jakob Theodor Tabernæmontani, mort au XVIe siècle. Cet ouvrage très complet décrivait les plantes sur les plans à la fois botanique et médical, en donnant des indications sur leur utilisation et ce, depuis l’Antiquité. Aussi ses connaissances étaient-elles non seulement basées sur la nature, mais également sur la médecine. Il enrichit son savoir par l’étude des conclusions des travaux réalisés par Hildegarde de Bingen.

De 1909 à 1920, le curé Künzle officia à Wangs. Durant ces années, il consolida son activité de naturopathe, bien que son travail au sein du clergé passât toujours en priorité. En 1911 parut le guide des «Bonnes et mauvaises herbes» («Chrut und Unchrut»). Un ouvrage vendu à un prix abordable et rédigé dans un langage que tous étaient capables de comprendre. En parallèle, son atlas des plantes médicinales fut publié. Un guide pratique contenant les informations nécessaires à l’identification des plantes médicinales ainsi que des conseils quant à la période à laquelle les récolter.

Curé ou naturopathe
Dans le canton de St-Gall, exercer en tant que naturopathe n’était pas autorisé. Le médecin du village l’ayant dénigré auprès de l’évêque responsable, les autorités compétentes conseillèrent au curé d’arrêter de «jouer au docteur». Ce dernier aurait certainement obéi à un ordre, mais pas à une recommandation… L’évêque de Coire de l’époque sut redonner du courage à cet homme volontaire et l’invita à s’installer dans son diocèse.

En 1920, le curé Künzle déménagea ainsi à Zizers.
Après ce déménagement, il se tourna complètement vers la médecine naturelle. L’affluence, même dans ce nouvel endroit, était considérable. Mais ce bonheur fut de courte durée. Bientôt, certains habitants de Zizers, jaloux de la réussite de ce médecin herboriste, le dénoncèrent aux autorités de Coire et à nouveau, le curé Künzle se retrouva sous le feu des critiques. Le mécontentement des habitants vis-à-vis de ces machinations grandissait, de même que leur engagement dans leur volonté de pouvoir choisir librement leur médecin.
Une collecte de signatures permit d’organiser le célèbre référendum concernant l’initiative sur la médecine par les plantes dans le canton des Grisons, au cours duquel la population s’exprima clairement en faveur de son autorisation.

Examen obligatoire
Afin d’exercer ses fonctions, le naturopathe de 65 ans dut passer un examen à Coire, organisé par le département des affaires sanitaires. Cette épreuve passée, Johann Künzle put se consacrer à ses patients, à ses études, à ses activités d’éditeur ainsi qu’à sa production de plantes médicinales. En 1939, il fonda la société «Kräuterpfarrer Künzle AG».

L’héritage
Le médecin herboriste rassembla toutes les expériences qu’il avait faites dans «Das grosse Kräuterheilbuch», un grand livre sur la phytothérapie paru en 1944, peu avant sa mort. Cet ouvrage lui permit de transmettre son héritage à une humanité en plein tourment, et sur lequel celle-ci pourrait s’appuyer à tout moment.
Dans la nuit du 7 au 8 janvier 1945, le curé Johann Künzle s’éteignit à son domicile de Zizers, à l’âge de 87 ans.

Découvrez aussi : Françoise Dolto

Bain aux Huiles Essentielles

Les huiles essentielles ne sont ps solubles dans l’eau. Il faut donc les diluer dans une base hydro-dispersante.

Dans un flacon-doseur verser le mélange de votre choix. Fermer le flacon et bien agiter avant de mettre le mélange dans l’eau de votre bain.

Bain Relaxant
10 ml de base
20 gouttes d’HE de Lavande
10 gouttes d’HE de Petit Grain Bigarade

Bain Détente
10 ml de base
20 gouttes d’HE de Bergamote
5 gouttes d’HE de Marjolaine

Bain Douceur
10 ml de base
20 gouttes d’HE de Géranium Rosat
10 gouttes d’HE de Mandarine

Bain Décongestionnant pour adulte
10 ml de base
20 gouttes d’HE d’Eucalyptus Globulus
10 gouttes d’HE de Pin Sylvestre

Bain Respiratoire
10 ml de base
20 gouttes d’HE de Sapin Baumier
10 gouttes d’HE de Ravensare

Bain anti-stress
10 ml de base
10 gouttes d’HE d’Ylang Ylang
10 gouttes d’HE de Camomille Romaine

Bain Anti-cellulite
10 ml de base
20 gouttes d’HE de Pamplemousse
20 gouttes d’HE de Cèdre

Bain Beauté de la peau
10 ml de base
15 gouttes d’HE de Bois de Rose
10 gouttes d’HE de Palmarosa
10 gouttes d’HE de Mandarine

Bain Sommeil de l’enfant
10 ml de base
5 gouttes d’HE de Mandarine
5 gouttes d’HE de Lavande

Et bien sûr, comme les Huiles Essentielles vont être absorbées par la peau, on les choisit BIO !

Découvrez aussi :Bain : algues et sel de mer

 

Etirements pour les + de 60 ans

Les étirements sont conseillés à tous âges, mais plus on vieillit, plus ion perd de souplesse……. Exercices faciles à faire chez soi…quelque soit votre degré de souplesse, les principes de base restent les mêmes : ne cherchez pas à dépasser vos limites….étirez-vous en douceur.

Voici les conseils de la Kinésithérapeute-vertébrothérapeute Nelly Schaeffer :

1. Assis, adossé à un mur, le dos bien droit, les plantes des pieds jointes, posez les mains un peu au-dessus des genoux et poussez doucement, jusqu’à ce que vous ressentiez un étirement agréable, identique des 2 côtés.
Relâchez la pression après 20 à 30 secondes.

2. En position assise sur le sol, les plantes des pieds jointes, saisissez vos orteils et penchez-vous lentement vers l’avant, en pliant la taille, jusqu’à ce que vous sentiez un bon étirement des muscles de l’aine.
Vous pouvez également le ressentir dans le bas du dos.
Demeurez dans cette position pendant 20 secondes.
Gardez les épaules et le cou droits. Le mouvement doit partir des hanches.
Laissez reposer vos coudes sur la face externe de vos jambes, afin de bien assurer votre équilibre.

3. Dépliez votre jambe vers l’avant en plaçant la plante de l’autre pied contre la face interne de la cuisse.
Courbez-vous vers l’avant, les 2 mains sur la cheville, en vous arrêtant dès que vous ressentez un léger étirement des hanches. Utilisez une serviette si vous ne pouvez pas atteindre facilement votre cheville.
Gardez cette position 10 à 15 secondes et ensuite changer de jambe.

4. Laissez-vous aller, les mains sur la poitrine, les genoux pliés, les plantes des pieds jointes.
Demeurez 30 secondes en vous abandonnant à la pesanteur.
Pour votre confort, vous pouvez placer un petit coussin sous votre tête.

5. En vous aidant de vos mains, ramenez votre genou vers la poitrine.
Votre nuque et votre bassin sont bien à plat sur le sol.
Restez ainsi 10 à 30 secondes, puis changez de jambe.

6. Le haut du dos, la nuque, les épaules et les coudes doivent reposer sur le sol. Pliez vos jambes et posez vos pieds à plat sur le sol, les doigts entrelacés derrière la nuque, les bras au repos.
Placez votre jambe gauche sur votre jambe droite.
Utiliser votre jambe gauche pour ramener votre jambe droite vers le sol, jusqu’à ce que vous sentiez l’étirement de votre flanc droit et du bas de votre dos
Demeurez 10 à 20 secondes dans cette position.
Répétez ensuite l’opération de l’autre côté.

7. Allongez-vous les jambes jointes, les bras vers le haut.
Tendez vos bras et vos jambes en même temps, sans forcer, comme si vous vouliez toucher quelque chose avec vos bras et vos orteils.
Tenez 5 secondes et détendez-vous.

8. Mettez-vous debout, genoux fléchis, les pieds légèrement écartés et bine à plat sur le sol. Demeurez ainsi pendant 30 secondes.

9. Asseyez-vous, les jambes tendues devant vous, les talons sur le sol, à une dizaine de centimètres l’in de l’autre.
Penchez-vous, en partant des hanches, pour toucher les mollets, les chevilles ou les pieds, selon vos possibilités. Vous devez sentir un léger étirement derrière les cuisses, ainsi que dans le bas du dos.
Demeurez ainsi 10 à 15 secondes.

10. Placez-vous devant un mur sur lequel vous appuyez vos avant-bras, la tête posée sur vos mains jointes.
Pliez une jambe et tendez l’autre vers l’arrière, la plante du pied bien à plat sur le sol, perpendiculaire au mur ou légèrement tourné vers l’intérieur.
Ne forcez pas et restez ainsi 10 à 15 secondes.
Changez de jambe.

11. Placez-vous face au chambranle d’une porte, genoux légèrement fléchis, les mains sur les montants, au niveau des épaules.
Avancez le haut du corps jusqu’à ressentir un étirement agréable dans les bras et la poitrine.
Maintenez la tête et la poitrine haute pendant l’exercice.
Gardez la position 15 secondes.

12. Placez vos mains paume contre paume devant vous, les doigts pointés vers le haut.
Sans bouger le niveau de vos épaules, rabattez de la main gauche les deux mains à l’horizontale
Maintenez-le 5 à 8 secondes puis changer de côté.

Découvrez aussi : Avoir une activité physique : Pourquoi ?

Huile Essentielle de Romarin

Romarin
Rosmarinus officinalis CT verbénone

Description botanique

Le romarin est une plante vivace vigoureuse qui atteint 1 à 2 mètres.
Cet arbuste aromatique aux feuilles gris-vert en forme d’aiguilles porte des fleurs blanchâtres à bleu et apprécie le climat marin Corse.
L’origine géographique détermine fortement sa composition biochimique.

L’avis du professionnel

Le romarin CT verbénone fournit une huile essentielle remarquable pour la dépuration et la décongestion du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas.

Précautions et contre-indications

Voie interne réservée au thérapeute
Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante
Formellement contre indiquée dans les pathologies cancéreuses hormono-dépendantes
Pas d’usage prolongé sans l’avis d’un naturopathe ou d’un aromathérapeute

Voir aussi Le Ravensare, la Lavande

La Vitamine C

Parlons de la Vitamine C……. car il y a Vitamine C et Vitamine C.

Avez-vous déjà regardé la composition de cette belle vitamine C effervescente et bien orangée ? Regarder d’un peu plus près…….beaucoup de sucre là-dedans ? Et les autres ingrédients ?
Est-ce que mon corps va absorber 1000 mg d’un coup ? ……

La Vitamine C est liposoluble, donc soluble dans l’eau …… donc stockable dans l’eau et aussi éliminable …… la dose toxique est d’environ 10 g par jour……..le principal symptôme d’intoxication ? La diarrhée…… donc très peu de risque d’overdose !

Mon corps absorbe la Vitamine C des comprimés, si je mange de la vitamine C de manière naturelle via les fruits et les légumes frais et crus ……

un jus pressé ne contient plus beaucoup de vitamine C au bout de 30 minutes…

car la vitamine C s’oxyde au contact de l’air et est détruite par la chaleur (cuisson).

La vitamine C est acidifiante pour l’organisme ……sauf si elle est sous forme d’Ester-C……
En cure, 1000 mg de vitamine C par jours, sous forme de gélule action prolongée…. c’est-à-dire que la gélule va relâcher la vitamine C tout au long de la journée et laisser le temps à votre corps de travailler avec.

Dans certains cas, on peut augmenter les doses journalières, car la vitamine C est un très bon antioxydant, elle stimule les mécanismes de défense entre autre.

La vitamine C contenue dans les jus de fruits ou de légumes industriels et en général synthétique !

Découvrez aussi : Prendre soin de sa peau à table

Germinations

Toutes les graines sont vivantes, mais elles peuvent rester en dormance pendant des années.
Pour les réveiller, il suffit de chaleur et d’humidité.
Le processus de germination est alors enclenché et l’embryon contenu dans la graine peut commencer à se développer.

Graines de Fenugrec

Mettre les graines dans un germoir et rincez-les 2 fois par jour avec de l’eau filtrée.

Evolution des graines au cours de la germination

         

             

Vous avez obtenu un aliment vivant et cru de grande qualité….. avec des saveurs originales : fines, fraîches, parfois piquantes……..

A noter :
Dans certains pays humides comme les pays nordiques à certaines périodes de l’année, vos germinations vont moisir très rapidement……alors si cela vous arrive…. Attendez quelques semaines et recommencez…..

Découvrez aussi : L’Ail

J’arrête le plastique…..pour ma santé !

Si vous n’arrêtez pas le plastique pour la planète,
faites-le pour vous…..

Le problème du plastique ? Il se fragmente, s’émiette en des morceaux de plus en plus petits mais ne disparaît jamais, allant jusqu’à plastifier les fonds marins en autre.

Les micro-plastiques, ou ce qui émane des déchets plastiques quand ils sont détruits, sont ainsi in fine absorbés à un moment ou un autre par les humains.
Le plastique libère potentiellement certaines des substances qui le composent au fil de son utilisation.
Les plastiques à usage unique, comme les bouteilles, quand ils sont réutilisés, s’usent et peuvent libérer les produits chimiques qui les composent. Mais on retrouve aussi du plastique dans l’eau du robinet…
Les assiettes pour enfants et autres gadgets peuvent contenir de potentiels perturbateurs endocriniens : il est important de les choisir sans bisphénol A (BPA), le plus connu !
Les effets néfastes des perturbateurs endocriniens apparaissent avec la fréquence d’utilisation au fils des ans, et l’accumulation des sources.
Lorsque l’organisme absorbe chaque jour ses composants à cause de plusieurs objets et ce sur des années, il peut y avoir de graves conséquences sur la santé.

Le plastique se trouve aussi dans les cosmétiques appliqués chaque jour sur la peau ……A moins qu’ils ne soient bio, de nombreux produits de beauté contiennent des PEG (polyéthylène glycol) ou des polypropylène, souvent ajoutés dans les crèmes hydratantes ou anti-ride, et des polyvinyles ou des silicones dans le maquillage.
Ils ne sont pas à proprement parler des plastiques, mais ils se comportent comme tels. Ils sont dans toutes les formules pour faire briller ou lisser, ils partent dans l’eau de rinçage, puis, trop petits pour être filtrés, se retrouvent dans les cours d’eau et jusque dans l’eau potable.
Les crèmes solaires contenance des filtres liposolubles forment un film à la surface de l’eau et contaminent les algues qui vivent avec le corail, le faisant mourir.
Les filtres hydrosolubles se dissolvent dans l’eau et sont ainsi absorbés par les organismes et animaux marins. L’idéal est d’utiliser des produits bio de bonne qualité, qui n’ont pas de composants chimiques toxiques…

Et le plastique est vraiment partout ! 66 % des mégots de cigarettes finissent dans la nature……..avec ses 4000 substances toxiques en moyenne, le mégot de cigarette est ainsi un des pollueurs les plus dangereux de la planète, loin devant les sacs plastiques.
Chaque filtre contamine à lui seul 500 litres d’eau et est composé d’acétate de cellulose, une fibre plastique qui met 15 ans à se décomposer !

Découvrez aussi : Le Bisphénol A ?