Le Sucre !

Tout le monde sait que la surconsommation de sucre présente des risques pour la santé …… surpoids, diabète …… et autres.

Les sucres sont des glucides simples qui jouent un rôle énergétique majeur……… certains se cachent sous des noms qui nous font oublier que ce sont des sucres !

Quelques définitions et informations pour s’y retrouver:

• Le glucose et le fructose à l’état naturel sont présents surtout dans les fruits et en moindre quantité dans les légumes.
• Le lactose et le galactose sont des sucres naturellement présents dans les produits laitiers.
• Le saccharose, ou sucre de table, est un sucre raffiné.
• Le maltose est un sucre issu de la dégradation de l’amidon et il nourrit les levures.

Les sucres sont présents dans les aliments sous de multiples appellations :
• dextrose
• sucre inverti
• sirop de glucose
• fructose…
• Selon la réglementation de certains pays, les sucres-alcool comme le sorbitol ou le xylitol, sont exclus de la catégorie des sucres !

Les glucides dits complexes ne sont pas des sucres. Ils regroupent les amidons, la cellulose, les pectines et sont surtout présents dans les céréales et les légumineuses.

Le glucose est la source d’énergie prioritaire des muscles et du cerveau. Notre corps est donc capable de le « fabriquer » à partir des gras et des protéines que nous mangeons …… donc nous n’avons pas besoin de manger du sucre pour vivre !

En conclusion, afin d’éliminer les sucres de votre alimentation, ne mangez pas d’aliments transformés, mis à part les produits laitiers en petite quantité.

Découvrez aussi : Pourquoi avoir une activité physique ?

Le Tilleul à grandes feuilles

Petite histoire 

Le Tilleul pousse à l’état sauvage dans les forêts d’Europe, mais il peut aussi être planté dans les jardins.C’est un espèce commune dans toute la zone tempérée, comptant depuis fort longtemps parmi les plus importantes de plantes médicinales.
Cet arbre caduc, haut de parois 30 mètres, a un tronc droit recouvert d’une écorce gris-brun. Il porte de grandes feuilles cordées vert-clair, et dentées, aux pétioles velus, garnies de touffes de poils blancs au creux des veinures.
A la fin du printemps et au début de l’été, ses nombreuses grappes de fleurs jaune pâle se balançant au bout d’un pédoncule exhalent une douce odeur. Les fleurs sont séchées à l’ombre, dans un endroit bien aéré, et doivent être aérées prudemment. Elles sont à conserver au sec et à renouveler chaque année.
Le fruit est un akène globuleux et velouté.

Usage thérapeutique

• Les feuilles et les bractées sont cueillies manuellement avant éclosion.
• Les fleurs renferment des tanins, des flavonoïdes, des mucilages et une huile essentielle, qui leur confèrent des vertus sédatives, diurétiques et antispasmodiques.

Mode d’emploi

– Fleurs en infusion : 1,5 grammes de fleurs par tasse d’eau, laisser infuser 10 minutes et boire 1/2 tasse 2 à 3 fois par jour.

Précautions et contre-indications

Ne pas dépasser les doses recommandées
En cas de doute n’hésitez pas à demander conseils à une personne compétente.

 

Découvrez aussi : La Reine des près

Entre excès, fatigue et bonnes résolutions ………

Quelques conseils pour bien commencer l’année ………….….éliminer les toxines, revitaliser…………..

1. On marche
On pratique la marche, une demi-heure, le matin si l’on peut et chaque jour.
La marche de plein conscience : on marche à un rythme régulier, en comptant ses pas et en se concentrant sur ce qui se produit dans son corps.
La marche permet de mettre les muscles en mouvement et favorise un massage des organe internes. Elle ne peut pas être remplacée par 1h30 tous les 3 jours, car elle n’aura pas du tout le même effet sur la santé globale.
Cela aide également à se vider la tête et à éviter de ruminer des pensées négatives !

2. On mange cuit et végétarien
On met les organes au repos en privilégiant une alimentation végétale assaisonnée d’huiles végétales.
On fait la part belle aux légumes cuits à la vapeur, mais pas à la cocotte minute, facile à digérer.
On opte pour les volailles maigres, le poisson ou les protéines végétales.

3. On boit des tisanes
On purifie sont corps avec la racine de pissenlit, puis le chardon-marie pour aider le système digestif et le foie à éliminer.

4. On rétablit le transit intestinal
On mange des céréales complètes et on fait le plein de fibre avec les fruits et les légumes.
On démarre aussi une cure de pro- et pré-biotiques pour renforcer la flore et en même temps notre système immunitaire.

5. On pratique la respiration consciente
Au réveil , encore allongé que le lit, on inspire tranquillement pour le nez, puis on expire tranquillement par le nez, puis on expire d’un coup sec par la bouche.
On recommence une 10ᵉ de fois pour mobiliser les organes et le sang, et ainsi éliminer les toxines.
Le soir, on opte pour une respiration relaxante. Allongé, on inspire puis on expire longuement, comme si l’on soufflait doucement sur une bougie. A faire 10 fois.

6. On entame une cure de citron et de gingembre
Pendant une semaine, le matin à jeun, on boit le jus d’1/2 citron dans de l’eau tiède pour son effet détox. On y ajoute du gingembre râpé ou en tous petits morceaux pour réchauffer…..cela agira sur votre estomac et vos articulations.

7. On transpire
Les toxines s’éliminent aussi par les pores de la peau……. On choisit selon ses goûts : hammam, bain chaud, sauna ou sport……..

8. On a une activité physique
On ajoute, 1 ou plusieurs fois par semaine, une activité physique ou un sport, adapté à notre morphologie, âge, emploi du temps, goûts …….

Belle Année à Tous !

L’interview : Laura

En ce jour de Noël, j’ai pensé qu’il serait bon de discuter avec une théologienne de ce que cette année nous a fait vivre, des bienfaits de croire.

Le Blog – Bonjour Laura qui êtes-vous ?
Laura – Bonjour, je suis une expatriée suissesse, d’origine française, vivant en Finlande depuis 2004. Je suis en train de rédiger un mémoire de Master en théologie sur les incidences du Covid-19 dans les milieux ecclésiaux et sur le vivre ensemble.

Le Blog – Oui, le « vivre ensemble » est devenu difficile, les voyages pour voir nos familles si l’on habite à l’étranger. Mais nous sommes quand même privilégiés. Lorsque l’on repense aux pandémies du passé, comme la grippe espagnole, on ne pouvait pas se téléphoner, ou se voir, même si l’on habitait pas loin les uns des autres, comme c’est le cas aujourd’hui avec les moyens de communications moderne, mais revenons-en à vous. Que faisiez-vous avant vos études de théologie ? Comment êtes-vous devenue théologienne et pourquoi ?

Laura – Après des études commerciales et paramédicales et plusieurs années d’activité salariale dans divers milieux tertiaires et suite à un problème de santé, j’ai entrepris des études universitaires pour me réorienter vers la théologie. J’ai en effet constaté dans ma pratique que les besoins spirituels étaient souvent négligés (par exemple dans les soins ou dans les ressources humaines). Ceci, notamment du fait qu’ils sont perçus comme des croyances personnelles et donc relevant de la sphère privée. J’ai donc souhaité acquérir des compétences pour pouvoir ensuite mieux accompagner des personnes qui en feraient la demande.
Et puis les gens qui croient, quelle que soit leur religion ou philosophie guérissent mieux et plus vite  ..…….

Le Blog – La prière aussi est une forme de méditation…… mais parlons de la situation actuelle …. que l’on soit croyant ou pas, qu’est-ce que la pandémie du coronavirus a fait surgir dans la vie de chacun ?

Laura – Cette pandémie a chamboulé et affecté le fonctionnement sociétal du monde entier, impactant les vies de chacun, particulièrement parmi les couches les plus fragiles de la population. Elle a fait resurgir les peurs liées à la mort, à la solitude. Elle a rappelé à chaque personne, la fragilité de la vie, balayant l’illusion de maîtrise et d’invulnérabilité et donc sur les interdépendances entre les humains et les différents écosystèmes. Elle a mis en lumière le besoin du lien social mais aussi celui des sensations physiques, que les mesures de prévention ont mis à mal. Elle a rappelé les communautés humaines et la solidarité nécessaire pour survivre, non pas chacun de son côté mais ensemble.

Le Blog – Il est certain que c’est un électrochoc dans nos sociétés modernes que nous considérons comme étant évoluées. Mais quel éclairage peut apporter la théologie sur la façon de comprendre ce qui se passe actuellement et redonner un peu d’espoir à l’approche des fêtes ?

Laura – La théologie moderne est une discipline académique, qui travaille en lien avec d’autres disciplines (histoire, psychologie, sociologie, philosophie et science des religions, éthique, archéologie et qui comprend ses propres champs de recherche). Elle propose donc de fournir des clefs d’interprétation, pour permettre une réflexion sur le monde physique et spirituel. Ainsi, la pandémie ne doit pas être perçue comme un fléau divin, comme ce fut le cas dans l’antiquité et au Moyen-Âge. Mais elle rappelle la précarité humaine, physique, psychique et spirituelle et le besoin de se reconnecter à une communauté non pas numérique, mais physique, à vivre des choses ensemble, à éprouver des sensations, à nous relier les uns aux autres et à ce qui nous dépasse. Elle oblige à s’interroger sur la vraie origine du mal et à prendre ses responsabilités et revenir à l’essentiel, à rejoindre les autres dans leurs expériences, même si on n’avance pas tous au même rythme.

Le Blog – Que souhaitez-vous partager de particulier avec nous ?

Laura – Ne pas renoncer à l’espérance, ne pas rester dans les ténèbres, mais chercher la lumière, l’accueillir et la transmettre. Une lumière faite d’espérance, celle en un monde meilleur. De foi et donc de confiance et d’abandon dans le fait que nous ne pouvons pas tout maîtriser. D’amour enfin, celui qui renonce à soi-même, qui rejoint autrui dans sa précarité. Précarité qui par son étymologie latine rejoint le mot prière. Ce dernier comme lieu privilégié d’accueil, d’humilité, de reconnaissance et de confiance devant un avenir incertain. Une prière n’est jamais adressée à soi-même, mais à quelqu’un : À un Dieu incarné dans l’histoire et dans la vie des hommes par exemple, venant comme un vis-à-vis nous sauver de nous-mêmes. Mais aussi comme un nouveau souffle, pour nous pousser à semer des graines d’espérance, pour plus de justice, plus de partage et plus d’équité. C’est cela aussi le message de Noël.

Le Blog – Oui, Noël est un message d’espoir et de partage pour tous. Je vous remercie, Laura, et je vous propose d’avoir une pensée d’amour pour toutes les personnes qui sont seuls aujourd’hui, quelle que soit la raison, les personnes dont on ne s’occupe plus beaucoup, même en temps normal, ceux que l’on ne va pas visiter, même quand il n’y a aucun risque !

Joyeux Noël à tous et merci à Laura.

Claude Galien

Galien né à Pergame en Asie mineure en 129 et mort vers 201, est un médecin grec de l’Antiquité qui exerça à Pergame et à Rome.

En s’appuyant à la fois sur la raison (logos) et l’expérience (empeiria) qu’il appelle « ses deux jambes », il s’est efforcé tout au long de sa vie de construire un système explicatif global rassemblant toutes les parties de l’art médical.
Il est ainsi considéré comme le dernier des grands médecins créateurs de l’Antiquité et avec Hippocrate, un des fondateurs des grands principes de base sur lesquels repose la médecine occidentale.

La théorie médicale de Galien a dominé la médecine jusqu’au XVIIIe siècle mais devra s’incliner devant le développement irrésistible de la méthode expérimentale qui permettra d’établir sur une base empirique solide les modèles du système cardiovasculaire, respiratoire, digestif et nerveux.

Il reste que, par la somme de ses écrits et par l’étendue des connaissances qu’il déploie, il est, après Hippocrate, le grand médecin de l’Antiquité.

Sa vision de la médecine
La vision de la médecine de Galien est très influencée par la théorie des humeurs avancée par les anciens médecins grecs comme Hippocrate, qui est alors la théorie en vigueur.
Les théories de Galien ont eu cours dans la médecine occidentale pendant plus d’un millénaire.
Il était très intéressé par le débat entre le rationalisme (doctrines fondées sur la raison) et l’empirisme (fondé sur l’expérience), et son utilisation de l’observation directe, la dissection et la vivisection forment un lien assez complexe entre les deux points de vue.
À la suite de sa guérison miraculeuse, Galien se déclare serviteur (therapeutès) d’Asclépios, le dieu gréco-romain de la médecine.

Les quatre éléments et les quatre tempéraments humains
Pour lui, comme pour Aristote, Hippocrate ou la médecine chinoise, la physiologie humaine repose sur les quatre éléments (air, terre, feu, eau) qui influent sur les quatre humeurs (sang, bile, pituite et atrabile).
L’être humain est classé aussi selon quatre tempéraments : les colériques, les sanguins, les flegmatiques (ou lymphatiques) et les atrabilaires (ou mélancoliques).
La maladie résulte, selon lui, du déséquilibre de ces éléments.

Œuvre
Galien est l’auteur d’une somme de connaissances sur la médecine et les sciences de son temps : il laisse 500 ouvrages bien ordonnés formant une véritable encyclopédie.
Concernant la médecine, il est l’auteur de travaux sur le système nerveux, la myologie, l’hygiène, la diététique ou propriétés des aliments.

La pharmacie galénique, du nom du célèbre médecin grec Galien, est la science et l’art de préparer un principe actif pour le rendre administrable au patient sous une forme qualifiée de galénique. On oppose la pharmacie galénique composée de préparations de substances naturelles (dont on ignore la composition chimique) à la pharmacie chimique utilisant les principes actifs connus et testés des substances.

Découvrez aussi : Anne Ancelin Schützenberger

L’interview : Sirpa Majava

Aujourd’hui, nous rencontrons Sirpa Majava, qui est thérapeute, et pratique l’Homéopathie depuis 20 ans et qui est également praticienne Access Bars et Musicothérapeuthe.

Le Blog – Bonjour Sirpa, qui êtes-vous ?

SM – Bonjour, Je suis Homéopathe uniciste……je suis Finlandaise et je travaille à Helsinki …… Je parle Finnois et Anglais.

Le Blog – Expliquez-nous en quoi consiste l’homéopathie uniciste ?

SM – Ce qui caractérise mon travail est la prise en compte de l’individu dans sa globalité ; l’homéopathie classique tend à améliorer l’état d’un patient dans sa globalité (et non pas uniquement à faire disparaître un symptôme ou à guérir d’une pathologie) grâce à un seul remède homéopathique, voire à une dose unique.
Je travaille à la fois avec des adultes et des enfants de tous âges. L’homéopathie uniciste permet d’améliorer la santé physique et mentale globale des patients et même de les guérir….. c’est une méthode très douce, mais très efficace. J’ai vu des « grands » déprimé retrouver le goût de vivre !

Le Blog – Que faisiez-vous avant ? Comment êtes-vous devenue homéopathe, Pourquoi ?

SM – J’ai travaillé de longues années en tant que secrétaire de direction suite à des études en Marketing, Publicité et Relations publiques en Finlande et j’ai étudié l’Anglais au Royaume-Uni. L’homéopathie est ma passion et j’ai eu la possibilité de suivre les cours de professeurs qui sont des « Maîtres » dans leur domaine.

Le Blog – Au cours du temps, quels sont les changements que vous avez notés/remarqués ?

SM – Au fil du temps, je vois les personnes qui me consultent évoluer. La plupart des gens qui me consultent le font pour des problèmes de stress, dépression, anxiété, même chez les enfants qui ont perdu leur innocence. Les enfants de maintenant souffrent de dépression, de crise d’angoisse…. la cellule familiale a éclaté, notamment à cause de divorces, manque de sécurité affective. Il y a « trop de tout » ! et cela nous rend malades……..nous sommes comme éclaté, dispersé…….Ce que la crise du Corona nous enseigne c’est d’arrêter de courir après le vent, de nous recentrer sur ce qui est important…. Mais aussi de remercier pour tout ce que nous avons, d’apprécier ce que nous avons…….d’arrêter d’en vouloir toujours plus, et pour quoi en faire ?……

Le Blog – Que souhaitez-vous partager de particulier avec nous ?

SM – Si j’ai un conseil à donner à tout le monde, c’est de vous aimer ! Et surtout de vous accepter tel que vous êtes…… d’être gentil, doux avec vous-même, de vous écouter. Traitez votre corps avec respect et douceur, écouter votre corps, chaque organe a quelque chose à vous dire…..

Le Blog – Merci beaucoup, Sirpa, pour ce partage avec nous.

Vous pouvez contacter Sirpa au +358 40 354 0107 ou par courriel sirpa.majava444@gmail.com
Et bien sûr allez visiter son site : https://www.sirpamajava.com/

Brève Biographie :
Homeopatia-Instituutti, Helsinki
The London School of Classical Homeopathy, London
Suomen Homeopaattisen Lääketieteen Instituutti, Helsinki

Découvrez aussi : Françoise Koltchak

Huile Essentielle de Palmarosa

Palmarosa
Cymbopogon martinii var. motia

Description botanique

Cette herbe d’origine indienne présente des feuilles longues et étroites et des inflorescences obéissant à ce principe de linéarité. Elle croît en touffes herbacées de grandes tailles pouvant atteindre 3 mètres.
Du rhizome partent de grandes feuilles linéaires lancéolées très aromatiques dès qu’on les froisse.
L’inflorescence en panicule devient rouge à maturité et contient plus d’essence.

L’avis du professionnel

De fragrance très agréable, voilà une huile essentielle à retenir pour toutes les affections cutanées mycosiques, cicatricielles et eczémateuses.
Huile antivirale et stimulante immunitaire.

• Au quotidien, 1 goutte de palmarosa dans 40 ml de crème de jour régulera la sécrétion de sébum, hydratera votre peau et aidera la régénération des cellules cutanées.

Précautions et contre-indications

Voie interne réservée au thérapeute
Déconseillé chez la femme enceinte
Pas d’usage prolongé sans l’avis d’un naturopathe ou d’un aromathérapeute

Voir aussi la Citronnelle de Java et la Menthe Poivrée

Booster ses défenses immunitaires avant l’hiver

Bien se préparer à l’hiver, c’est important.
Les plantes et les produits naturels
sont là pour nous y aider.

La Propolis qualifiée « d’antibiotiques naturel » grâce à ses propriétés antimicrobiennes, bactéricides, antivirales et fongicides.
Elle s’utilise sous forme liquide ou en gélules, en interne ou en externe.

L’Extrait de Pépins de pamplemousse agit rapidement. Ils favorisent la résistance de l’organisme, en interne contre les gênes digestives ou respiratoires et en externe contre les impuretés de la peau, les champignons, et même les pellicules.

L’Echinacéa sous forme qu’extrait de plante fraîche stimule l’immunité. Elle peut être prise en prévention 10 jours par mois ou en cas de besoin.

Le Sureau est très efficace pour stimuler les défenses naturelles. Il favorise la bonne respiration et adoucit les voies respiratoires. Il est souvent associé au bourgeon d’églantier ou de cassis qui favorisent la vitalité et potentialiser ses effets.

Découvrez aussi : Que faire en cas de Grippe ?

 

Le Souci des jardins ou Calendula

Petite histoire

Le Calendula ou Souci est une plante annuelle qui peut mesurer 40 à 50 centimètres de hauteur. Les fleurs d’un orangé soutenu, contenant un fort taux de substances actives, sont ramassées en plein épanouissement.
C’est une plante originaire d’Europe méridionale et qui est cultivée dans toutes les régions tempérées du monde. Elle est cultivée également comme plante ornementale.
Au XIIe siècle, Hildegarde de Bingen l’utilisait contre la teigne; à la même époque, Saint Albert le Grand (Dominicain Allemand) recommande son usage comme cicatrisant, contre les troubles de l’intestin, les piqûres d’insectes et de serpents. Au XVIe siècle en Italie, le médecin recommande son emploi pour faire un collyre soignant les maux des yeux.
Calendula provient du latin calendae premier jour du mois « probablement avec un sens analogue à calendrier, almanach, indicateur météorologique : les capitules s’ouvrent et se ferment en liaison avec l’apparition du soleil ».Le souci rappelle ce phénomène puisqu’il dérive du bas latin solsequia « qui suit le soleil », du latin sol, « soleil », et sequi, « suivre ».

Usage thérapeutique

Utilisée pour stimuler l’activité hépatique et surtout la sécrétion de bille. Elle atténue les spasmes gastriques ou intestinaux. Le souci est dépuratif.
La teinture et la pommade de souci est conseillée pour toutes les plaies rebelles, les escarres, les ulcères, l’eczéma, les inflammations purulentes et les éruptions cutanées et les coups de soleil. Elle adoucit la peau et aide à la cicatrisation tout en hydratant.

Mode d’emploi

• Infusion 1 cuillère à café pour 1 tasse d’eau, 2 à 4 fois par jour
• crème : voir la posologie de chaque fabricant

Précautions et contre-indications

Ne pas dépasser les doses recommandées en tisane.

 

Découvrez aussi : Le Pissenlit

 

Le régime hypo-toxique, également appelé « régime Seignalet », « régime ancestral » ou « alimentation de type originel », préconise un retour à une nutrition de type ancestral.
Son régime repose sur une approche essentiellement qualitative de la diététique
, il écarte des aliments qu’il considère potentiellement nocifs pour l’organisme humain : les aliments cuits à haute température et aussi, entre autres, le blé et les produits laitiers, et privilégie les aliments biologiques.

Jean Seignalet fut orienté vers la nutrition par ses recherches en immunologie. Il élabora des hypothèses sur les relations entre l’alimentation et l’apparition de diverses pathologies. Dans l’Alimentation ou la troisième médecine, il expose les principes de cette méthode diététique, les mécanismes proposés pour expliquer comment certains aliments pourraient intervenir dans diverses pathologies et les résultats observés sur ses patients par suite du changement nutritionnel. L’ouvrage n’a pas la prétention de prouver scientifiquement ces théories, mais d’ouvrir de nouvelles voies de recherches.

Principes du régime alimentaire

Suppression des produits laitiers
Jugeant le lait inadapté à l’homme adulte, Seignalet préconise une alimentation sans aucun produit laitier : lait, yogourt, fromages, beurre, ainsi que tous produits dans lesquels entrent les poudres de lait comme ingrédient.

Suppression du gluten et des céréales mutées
Seignalet préconise l’élimination de toutes les céréales contenant du gluten, ainsi que tous les aliments dérivés. Sont autorisés par le régime le riz, le sarrasin, la châtaigne et aussi le quinoa et le millet.

Éviter le sucre raffiné
Seignalet préconise d’éviter le sucre raffiné et de lui préférer le sucre complet ou le miel.

Huiles non raffinées et Aliments biologiques
Le mode de fabrication industrielle des huiles alimentaires mis en œuvre pour augmenter les rendements d’extraction induisent des modifications nocives.
Le régime hypo-toxique implique l’emploi exclusif d’huiles vierges, de première pression à froid consommées crues. Sont proscrites margarines et huiles raffinées.
Les aliments issus de l’agriculture biologique pour leur qualité nutritionnelle et leur exemption des pesticides chimiques.

Mode de préparation des aliments
Il est conseillé de ne pas cuire les aliments à une température supérieure à 110°c.
Il faut donc
• privilégier le cru,
• supprimer la cuisson au four à micro-ondes, la friture et la grillade.
Car l’absence de cuisson préserve les vitamines, les oméga-3 et la plupart des molécules antioxydantes.

Découvrez aussi : Les Algues alimentaires