La Bruyère

Petite histoire 

Cet arbrisseau rampant, toujours vert, développe un réseau de rameaux rougeâtres racinant qui portent des feuilles opposées et sessiles, de couleur verte à grise et des petites fleurs roses en épis terminaux.
Le fruit est une capsule contenant des graines.
Les sommités fleuries sont ramassées en début de floraison, séchées dans un lieu ombragé et aéré, et conservées dans l’obscurité.
La Bruyère contient de nombreuses substances, parmi lesquelles des flavonoïdes, des tanins et de l’acide silicique connus pour leurs propriétés antiseptiques, diurétiques et anti-inflammatoires.
Elle est abondante dans la zone tempérée où on la trouve même à des latitudes très septentrionales, jusqu’au cercle polaire arctique. La bruyère se plaît sur les sols acides, pauvres, dans les roches, les sables et les tourbières, où elle peut former de grands couverts.

Usage thérapeutique

• Remède efficace contre les troubles de l’appareil urinaire (cystite), c’est également un très bon décongestionnant prostatique.

Mode d’emploi

– Fleurs en infusion : 1cuillère à soupe par tasse d’eau, laisser infuser 10 minutes et boire 1/2 tasse 2 à 3 fois par jour.

Précautions et contre-indications

Ne pas dépasser les doses recommandées
En cas de doute n’hésitez pas à demander conseils à une personne compétente.

Découvrez aussi : L’Echinacée

Une réflexion sur « La Bruyère »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.